Primitivement appelée « tour Ronde », le monument incontournable de la cité d’Anduze changea d’appellation au XVIème siècle quand les consuls d’alors décidèrent de le parer d’une horloge.
Cette fonction d’horloge de ville le sauva de la destruction lorsque Richelieu, au moment de la signature de la « Paix d’Alais » en 1629, ordonna le démantèlement de toutes les fortifications d’Anduze. En haut de la tour on peut voir encore quelques corbeaux qui subsistent et qui sont les vestiges des mâchicoulis, installés selon les principes architecturaux du moyen-âge.

Cette tour de défense et de surveillance fut construite en plusieurs fois au XIVème siècle, époque trouble de la guerre de cent ans avec ses grandes compagnies de mercenaires qui écumaient le pays. Depuis elle eut de nombreux remaniements, notamment aux XVIème et XVIIème siècles du fait de l’arrivée de l’horloge mais aussi des guerres de religion. C’est la raison de la présence de canonnières venues remplacer les archères dont la tour n’en conserve plus qu’une seule aujourd’hui.

Les créneaux cernent une petite terrasse où un édicule maçonné supporte une ferronnerie encadrant une cloche datée de 1701 et coiffée d’un coq en métal aux couleurs de la République. Une méridienne, illustrée d’un soleil et des signes du zodiaque, a été installée sous l’un des cadrans de l’horloge, certainement au XVIIIème siècle.

D’une hauteur totale d’environ 22 m pour un diamètre extérieur de 8,40 m avec des murs de 1,60 m de large, ce magnifique édifice est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 30 mars 1978.
La rénovation intérieure, terminée en mars 2017, permet aujourd’hui au public d’accéder en toute sécurité à tous les étages dont le dernier, la terrasse, offre une vue magnifique et inédite sur Anduze et ses environs à 360 degrés.